Mobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-Loire

Publié le

Mobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-Loire

Intervention de Nicolas TERME 
(PLP Lettres-Histoire et co-secrétaire de la C.G.T Educ'action de Haute-Loire)
 

"Bonjour à toutes et à tous,

Dans le dernier numéro du journal Lacharem Pas, certains collègues ont découvert, avec stupeur, un article reprenant la comptabilité macabre des différentes suppressions de postes depuis 2012 pour le seul second degré de l’académie de Clermont-Ferrand.      
74 postes en tout sur 8 ans : c’est près de deux fois les effectifs de l’inspection académique de la Haute-Loire ! C’est un traitement médical de choc pour le service public d’éducation ! 

 
Alors que, dès le 18ème siècle, les médecins royaux de la cour rédigeaient un traité savant intitulé « Les abus de la saignée », nous pouvons très justement nous demander si notre administration ne souhaite pas remettre au goût du jour cette pratique thérapeutique somme toute assez rudimentaire !  
Car voici un nouveau coup de massue : 29 suppressions de postes annoncées dans notre petit département rural : un plan social à peine déguisé !


Jeter un coup d’œil rapide dans le passé, pour analyser justement cette « saignée », m’a notamment permis à moi, ponot d’adoption récemment arrivé dans le département, de découvrir qu’après-guerre le seuil de fermeture de classe et d’école sur le plateau ardéchois et cévenol était de… 3 élèves ! 3 élèves… dans un pays ruiné, ravagé par les dégâts matériels et humains du second conflit mondial.
Aujourd’hui c’est dans ce même pays, désormais 6ème puissance économique mondiale que l’on assiste, effarés, à la dislocation complète de ce qui fut l’un des systèmes éducatifs les plus performants au monde.  

 
Et alors que l’Etat remet généreusement en route la planche à billets pour maintenir à flot un secteur privé groggy par les effets de la pandémie, nous apprenons qu’en 2020 ce sont plus de 600 millions qui ont été économisés par Jean-Michel BLANQUER sur le budget alloué à l’Education Nationale.
600 millions économisés sur le dos des travailleurs de l’éducation, 600 millions sur le dos de nos élèves, 600 millions qui participent à l’effritement du monument Ecole, symbole vivace de notre République.        


Alors oui, ici et maintenant, nous combattons des choix politiques et non des pseudos-impératifs économiques.      
Qu’on ne nous fasse pas croire que ce qui était matériellement et humainement possible en 1950 devient chimérique en 2021.    
Qu’on ne nous fasse pas croire que ce plan d’austérité ne se fait pas au détriment de la qualité de vie et de travail de nos collègues – déchirés entre les différents compléments de service et envoyés aux quatre coins du département -.       
Qu’on ne nous fasse pas croire que la soudaine frugalité budgétaire du ministre est synonyme d’ambition pour la réussite de tous nos élèves.
Qu’on ne nous fasse pas croire, enfin, que notre combat est injuste ou dépassé car il est plus que jamais dans le sens de l’Histoire de se battre collectivement pour l’Ecole de la République face à celles et ceux qui, comme disait Jean FERRAT, n’ont plus que des « rêves de boutiquiers »…"

Mobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-Loire
Mobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-LoireMobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-LoireMobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-Loire
Mobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-LoireMobilisation du 18 Mars devant l'inspection académique de Haute-Loire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article