Continuité pédagogique : Eh, oh… on se calme !

Publié le

Continuité pédagogique : Eh, oh… on se calme !

Les témoignages de collègues se succèdent et vont tous dans le même sens …
… depuis la fermeture des établissements scolaires, la généralisation du télétravail et la mise en place de la « continuité pédagogique », les enseignants sont perdus, globalement isolés, et bien souvent débordés !

On frise le burn-out généralisé ! Un comble quand, normalement, tout le monde reste chez soi toute la journée, pour faire face… à la guerre !

Alors quelques éléments importants :

  • l’impérieuse nécessité, c’est de se protéger et de protéger les autres, si l’on veut surmonter cette crise sanitaire au plus vite,
  • les élèves, les familles, les profs, sont sous pression, transmettent leurs angoisses et la rejettent sur les autres. Nous devons au contraire travailler à l’apaisement général,
  • le flot d’informations et de recommandations, parfois contradictoires, venant de nos établissements, de l’administration ou du ministre Blanquer, créent un sentiment de saturation chez les collègues. Prenons le temps de réfléchir,
  • Aucun élève ne ratera son bac, son DNB ou son passage en CE2 parce que l’équipe pédagogique n’aura pas donné 6h de travail quotidien aux élèves,
  • L’enfant qui n’a pas d’ordinateur, dont un proche est malade, qui est confiné avec ses trois frères et sœurs dans un appartement de 50m², ne peut pas suivre correctement la « continuité pédagogique ». Pensons-y.
  • Enfin, ne culpabilisons pas lorsque l’on décide de ne pas suivre bêtement les consignes d’un petit chef, paniqué, qui veut mettre en place une usine à gaz pour justifier d’avoir bien fait faire le boulot… aux autres. Il n’aura pas sa prime ? Tant pis !

 

Retrouvez le tract en format imprimable en pièce-jointe de cet article et en cliquant ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article