Baisse des dotations dans les collèges ruraux de Haute-Loire

Publié le

Baisse des dotations dans les collèges ruraux de Haute-Loire

Cette année, les collèges de Haute-Loire, comme beaucoup d'autres collèges de notre région et notamment les collèges ruraux, voient leur dotation horaire globale (DHG) baisser.

En effet, il semblerait que les règles de répartition des heures se durcissent :

  • 1- les professeurs se voient contraints d'accepter une deuxième heure supplémentaire. Cette nouvelle règle va augmenter considérablement la charge de travail de certains et parallèlement, d'autres vont se retrouver à cheval sur plusieurs établissements.
  • 2- les collègues qui refuseraient d'effectuer un complément de service lointain, entre autres pour raisons familiales, verront leur poste supprimé. Aucune certitude de plus d'être prioritaires sur les heures de leur collège d'origine ou de se voir accepter un temps partiel.
  • 3- dans les lycées les DHG sont tout aussi contraintes suite aux différentes réformes. Là-bas aussi les compléments de service se font rare.
    (NB : le chef d'établissements doit stipuler par écrit aux professeurs qui auront des compléments à faire que leur poste peut-être supprimé si on ne trouve pas de complément pour eux).
  • 4- parallèlement à tout cela, les rapports Heures Supplémentaires / Heures Postes sont élevés et la négociation pour transformer les HS en HP n'existerait pas cette année. Cette pression exercée par le rapport HS / HP est délétère tant pour les personnels que pour les élèves.
  • 5- les départs en retraite ne seront pas remplacés. Ces postes vont être fermés, ces heures seront utilisées pour des compléments de services ou pour des TZR. N'oublions pas que d'ici 2022 le ministère de l'Education nationale a annoncé la suppression de 1800 postes dans le second degré et l'administratif. Alors numéro 2 du ministère sous Nicolas Sarkozy, Jean-Michel Blanquer supervisait déjà la suppression des postes.

Par conséquent, les élèves seront les premiers touchés :

  • les collègues en services partagés seront moins disponibles pour les élèves hors des cours (remplacements de collègues absents, rattrapage des devoirs, suivi régulier, projets, ateliers…).
  • l'éloignement géographique des petits collèges ruraux ne leur permet déjà pas de proposer autant d'enseignements que dans les collèges urbains, ces nouvelles mesures vont accentuer encore plus les inégalités territoriales.

Cette politique de boutiquier n'a pour seul objectif que de fermer des postes. L'académie doit ainsi rendre 82 postes du secondaire.
De manière générale et à tous les niveaux, les différentes réformes, l'augmentation des tâches administratives, l'augmentation du temps de transport pour se rendre au travail, les services partagés… sont autant de causes de la dégradation de la santé et des conditions de travail des personnels de l'Education nationale !

Quelques exemples édifiants dans le département de Haute-Loire :

Baisse générale de 532 heures par rapport à la dotation des collèges de la rentrée 2018...

  • collège du Chambon : -2 classes et -65 heures
  • collège du Monastier : -2 classes et -35 heures
  • collège de Paulhaguet : -2 classes et -66 heures
  • collège de St Julien Chapteuil : -2 classes et -14,5 heures
  • collège d'Yssingeaux : -1 classe et -42 heures
  • collège de Brives : -1 classe et -38 heures
  • collège Lafayette au Puy-en-Velay : -1 classe et -36,5 heures
  • collège de Landos : -1 classe et -35 heures
  • collège d'Aures : -1 classe et -34 heures

Nous appelons donc les personnels à se mobiliser lors de la journée de grève du Mardi 5 février et à participer à la Nuit de l'Education en Haute-Loire dans les établissements de Charles et Adrien Dupuy au Puy-en-Velay et dans le collège de Saugues.

Baisse des dotations dans les collèges ruraux de Haute-Loire

Publié dans Collèges, SDEN43

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article